vendredi 5 février 2016

Le sentiment d'être un mauvais leader



Beaucoup de leaders se sentent coupables du fait qu'ils sont souvent en réunions et développent le sentiment d'être des mauvais leaders, s'ils ne gardent pas toujours leur porte ouverte quand ils sont au bureau. Mais cela peut conduire à ce que chaque minute libre entre deux rendez-vous soit utilisée par des personnes avides d'attention, qui entre dans le bureau. De ce fait, les leaders doivent faire leur travail les soirs et les fins de semaine, ce qui conduit alors à un cycle de culpabilité d'être un mauvais conjoint, parent ou ami. Si cela vous ressemble, vous devez changer votre vision de ce qu'est un bon leader.

Traduction d'un extrait du texte "Stop Being a People-Pleaser" écrit par Elizabeth Grace Saunders

lundi 1 février 2016

Vous pouvez fermer la porte (parfois)

Traduction du texte "You Can Close the Door (Sometimes)" de George Couros


cc licensed ( BY ) flickr photo shared by brad montgomery


De nombreux administrateurs scolaires (comme tous les éducateurs) ressentent un manque de temps extrême et ne savent pas comment arriver à faire toutes les choses qu'ils doivent faire dans la journée. Lorsque j'ai suggéré que le blogging devrait être une partie de leur travail, non seulement en raison de la transparence que démontre leurs pensées, mais aussi parce que cela leur permet de se connecter et de réfléchir à leur apprentissage, beaucoup ont ri de cette idée.

"Il n'y a tout simplement de temps."

Pour moi, réfléchir à titre d'administrateur n'est pas une option. Je crois que le faire à travers un blog ou ouvertement vaut mieux quand votre apprentissage aide les autres, mais la réflexion est indispensable à l'apprentissage.

La majorité des écoles que j'ai visitées ont une période de lecture d'intégré à l'horaire de la journée, mais combien de temps est alloué aux enfants pour écrire et réfléchir? Donc, si la réflexion est une partie importante de ce que nous faisons en tant qu'éducateurs, alors pourquoi avons-nous tant de mal à le faire réellement dans les limites de nos journées? Cela ne devrait-il pas faire partie de ce qui se passe dans les salles de classe?

Alors, si une fois de temps en temps, ou même si c'est prévu à chaque jour, un administrateur en fait fermé la porte, et fait juste réfléchir. Si nous avons dit à nos professeurs que nous devons prendre le temps de se connecter et de réfléchir à notre apprentissage, le verraient-il négativement, ou si ils verraient quelque chose que vous essayez de modeler? La collaboration est essentielle mais devons-nous être en mesure d'apporter nos propres pensées et apprentissage à la table? Oui, les administrateurs doivent être accessibles et ont une porte ouverte la plupart du temps pour être bien accueilli dans leur communauté scolaire, mais parfois, n'est-il pas important de simplement prendre un certain temps?

Dans l'article, “Stop Being A People Pleaser”, l'auteur mentionne que notre porte n'a pas toujours besoin d'être ouvert:
Beaucoup de gestionnaires se sentent coupables du fait qu'ils sont souvent en réunions et développent le sentiment d'être des mauvais gestionnaires, s'ils ne gardent pas toujours leur porte ouverte quand ils sont au bureau. Mais cela peut conduire à ce que chaque minute libre entre deux rendez-vous soit utilisée par des personnes avides d'attention, qui entre dans le bureau. De ce fait, les gestionnaires doivent faire leur travail les soirs et les fins de semaine, ce qui conduit alors à un cycle de culpabilité d'être un mauvais conjoint, parent ou ami. Si cela vous ressemble, vous devez changer votre vision de ce qu'est un bon gestionnaire. Cela permet de se dégager et de définir de meilleures limites pour arriver à faire plus de travail au bureau. Par exemple, votre état ​​d'esprit pourrait être: "Une façon d'être un bon gestionnaire est de démontrer l'importance de se concentrer sur le travail de haute priorité. Je peux garder ma porte fermée à certains moments de la semaine où j'ai besoin de faire les choses sans sentiment de culpabilité."

Donc, je suppose que ma question suite à cette citation ci-dessus est, est-ce que prendre le temps de réfléchir aux tâches hautement prioritaires fonctionne?